Polypore oblique
 
Nom anglais
Clinker polypore, Sterile conk rot of birch
 
Catégorie de la maladie
Maladies des troncs et des branches
 
Nom de l'agent pathogène
Inonotus obliquus (Persoon : Fries) Pilát
 
Hôtes
Betula alleghaniensis Britt.
Betula papyrifera Marsh.
Betula populifolia Marsh.

Symptômes
Carie
Chancre

Signes
Sporophores

Description
Le champignon Inonotus obliquus se présente en premier lieu sous une forme stérile (sterile conk) sur les arbres vivants. Cet agent pathogène produit, après s’être établi dans les tissus de l’hôte, une masse noirâtre, rugueuse et craquelée. Le contexte (chair) de cette structure fongique est brun-jaunâtre. Elle est pérenne et elle se développe année après année aussi longtemps que l’arbre vivra. C’est sous cette forme que les forestiers reconnaissent ce champignon et il le nomme « charbon ».

Le sporophore (téléomorphe) est annuel et il forme une croûte sous l’écorce deux à trois ans après la mort de l’arbre (Campbell et Davidson, 1938). Boulet (2003) et Sinclair et Lyon (2005) indiquent que les sporophores se forment trois à quatre ans après la mort de l’arbre, mais Zabel (1976) a observé leur formation entre sept et douze ans. Il forme une croûte pouvant atteindre 30 à 150 cm de long, 15 à 40 cm de largeur et 3 à 10 mm d’épaisseur. Les pores sont d’abord brun-jaunâtre et ils deviennent brun-rougeâtre avec l’âge Ils sont ronds, anguleux ou allongés et orientés à l’oblique. Ce champignon forme une carie blanche spongieuse, mais également une carie chancreuse (canker rot). Shigo (1969)
 
Cycle biologique
Les sporophores se développent du début de l’été jusqu’en octobre, mais les insectes les détériorent rapidement. Les basidiospores propagent la maladie et infectent les blessures, mais il semble que les insectes pourraient jouer un rôle dans la dispersion de la maladie (Sinclair et Lyon, 2005).

Selon Shigo (1969), le mycélium qui se développe à partir de la forme stérile, envahit l’écorce externe et la sépare. La pression exercée par mycélium tue le cambium et forme un chancre. Dans l’écorce externe, le front du mycélium peut s’étendre à plus de six centimètres de la marge du chancre. Sa forme ainsi que sa dimension dépendent de la direction de la progression du mycélium dans l’écorce.
 
Stratégie d'intervention
La meilleure stratégie d’intervention est de récupérer rapidement les arbres affectés par ce champignon afin de réduire l’impact de la carie ainsi que la formation des sporophores sur les arbres morts.
 
Commentaires
Autrefois, ce champignon était connu sous le nom de Poria obliqua (Persoon : Fries) Karst. Il est associé aux bouleaux de la forêt boréale dans tout l’hémisphère nord, mais il a été rapporté occasionnellement sur d’autres essences feuillues. Les propriétés médicinales de ce champignon sont connues depuis longtemps, entre autres en Europe de l’Est. D’ailleurs, l’usage de la décoction de ce champignon est reconnu dans la pharmacopée russe sous le nom de Tchaga. Plus récemment, les Coréens et les Japonais poursuivent des études entre autres sur les propriétés antioxydantes du champignon I. obliquus (Cui et al, 2005).
 
Références
BAUR, J. Médecine et traditions populaires dans Cahiers du Groupement Hahnemannien du Docteur P. Schmidt, 29e série, n° 10, 1992. [En ligne]. [http://www.homeoint.org/cgh/29-1992/baurpopul.htm] (Consulté le 28 octobre 2008).

CAMPBELL, W.A. et Ross W. DAVIDSON (1938). A poria as the fruiting stage of the fungus causing the sterile conks on birch, Mycologia, vol. 30, n° 5, September-October, p. 553-560.

CUI, Yong., Dong-Seok KIM et Kyoung-Chan PARK (2005). Antioxidant effect of Inonotus obliquus, Journal of Ethnopharmacology, vol. 96, p. 79-85.

BLANCHETTE, Robert A. (1982). Progressive stages of discoloration and decay associated with the canker-rot fungus, Inonotus obliquus, in birch, Phytopathology, vol. 72, n° 10, p. 1272-1277.

BOULET, Bruno. Les champignons des arbres de l’est de l’Amérique du Nord, Québec, Les Publications du Québec, 2003. 727 p.

SHIGO, Alex L. (1969). How Poria oliqua and Polyporus glomeratus incite cankers, Phytopathology, vol. 59, n° 8, August, p. 1164-1165.

SINCLAIR, Wayne A. et Howard H. LYON. Diseases of trees and shrubs, 2e éd., Chine, Cornell University Press, 2005. 660 p.

ZABEL, Robert A. (1976). Basidiocarp development in Inonotus obliquus and its inhibition by stem treatments, Forest Science., vol. 22, n° 10, p. 431-437.